(Source: satannnnnnn)

501 notes

muggshotter:

Even outside his damn game Yuri still sits above all.

muggshotter:

Even outside his damn game Yuri still sits above all.

12 notes

endures-and-survives:

Tales of heroes and heroines + emojis {inspiration}

116 notes

denwarenji:

getting this figurine was the best decision i made this year

lloyd-the-barista:

image

I was feeling kinda sad because I’m all alone tonight…

image

And then I remembered…it’s a Fridey night…

image

I juts remembered…THE Z-MAN.

thesagemaster:

[x]

219 notes

Anonymous said: :) voulez vous coucher avec moi ce soir

Désolé, mais j’ai bien peur d’être aussi bêta que Rousseau sur ce point-là, surtout face à un anon qui me vouvoie :)

1 note

"Je voudrais savoir s’il passe quelquefois dans les cœurs des autres hommes des puérilités pareilles à celles qui passent quelquefois dans le mien. Au milieu de mes études et d’une vie innocente autant qu’on la puisse mener, et malgré tout ce qu’on m’avait pu dire, la peur de l’enfer m’agitait encore souvent. Je me demandais : En quel état suis-je ? Si je mourais à l’instant, serais-je damné ? Selon mes jansénistes la chose était indubitable, mais selon ma conscience il me paraissait que non. Toujours craintif et flottant dans cette cruelle incertitude, j’avais recours, pour en sortir, aux expédients les plus risibles, et pour lesquels je ferais volontiers enfermer un homme si je lui en voyais faire autant. Un jour, rêvant à ce triste sujet, je m’exerçais machinalement à lancer des pierres contre les troncs des arbres, et cela avec mon adresse ordinaire, c’est-à-dire sans presque en toucher aucun. Tout au milieu de ce bel exercice, je m’avisai de m’en faire une espèce de pronostic pour calmer mon inquiétude. Je me dis : Je m’en vais jeter cette pierre contre l’arbre qui est vis-à-vis de moi ; si je le touche, signe de salut ; si je le manque, signe de damnation. Tout en disant ainsi, je jette ma pierre d’une main tremblante et avec un horrible battement de cœur, mais si heureusement qu’elle va frapper au beau milieu de l’arbre ; ce qui véritablement n’était pas difficile, car j’avais eu soin de le choisir fort gros et fort près. Depuis lors je n’ai plus douté de mon salut. Je ne sais, en me rappelant ce fait, si je dois rire ou gémir sur moi-même. Vous autres grands hommes, qui riez sûrement, félicitez-vous ; mais n’insultez pas à ma misère, car je vous jure que je la sens bien."

Rousseau, Les Confessions